cc 1992-10-29: 2 Accords de la Saint Michel

Le premier point de la séance publique avait trait à une motion déposée conjointement par le FDF (Clerfayt) et le Collège, contre les accords institutionnels dits de la St Michel. Cette motion balayait toutes les facettes de l’accord en question (Province de Brabant, Région, refinan­cement de la Communauté Française, francophones de la périphérie), tout en insistant sur la crainte de créer des charges financières supplémentaires pour l’enseigne­ment communal. Réactions en sens divers :

♦ M. Noël (PSC) : il est aberrant de voter une telle motion au Conseil communal, alors que cela ne relève pas de ses compétences, mais des compétences du Parlement.… Lire la suite

cc 1992-10-29: 3 Contrats de sécurité

Le deuxième point de la séance publique était relatif au contrat de sécurité entre la Commune et le Ministre de l’Intérieur.

M. Molenberg (PSC) trouve qu’alors que l’idée des contrats de sécurité doit essentiellement permettre de rapprocher la police du citoyen et de faire de la prévention, le contrat schaerbeekois est surtout répressif. Il y a en plus trop d’argent pour de la brique et des travaux d’architecture.

Mme Cattiez (Ecolo) : quel type de travail accompliront les îlotiers, les assistants sociaux ? Où vont-ils le faire ? Comment se fera l’évaluation?

Monsieur le Bourgmestre Duriau : ce débat a déjà eu lieu en section « sécurité ».… Lire la suite

cc 1992-10-29: 6 Budget

L’échevin Nimal présente son ajustement budgétaire, dont les modifications sont formelles.

Monsieur Clerfayt (FDF) se plaint de la fiction que consti­tue l’inscription des emprunts en « recettes » (19 millions pour la bibliothèque flamande).

Monsieur Gheysens (Ecolo) est contre parce qu’il n’y a pas d’amé­lioration politique et que le seul point positif, la maison des jeunes, a été supprimé.

Monsieur Noël (PSC) : le budget ne reflète en rien le nouveau style de Duriau, c’est donc de la frime et du vent.

Au niveau du C.P.A.S., Monsieur Noeth (PS) fait état de problè­mes de personnel, et Monsieur Gheysens se plaint de l’ab­sence de projets et de l’opacité de la gestion.… Lire la suite